Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Les partenariats et les économies d'échelle sont essentiels pour atteindre la neutralité carbone

Nous nous sommes entretenus avec Uday Senapati, responsable de la feuille de route en matière de développement durable pour le constructeur automobile britannique Lotus, afin de savoir pourquoi les entreprises doivent viser la neutralité carbone dès maintenant – et ce qu'elles peuvent faire pour y parvenir.

Les entreprises durables de premier plan savent que le changement de politique en matière d'émissions est imminent. Elles essaient de l’anticiper en établissant une stratégie de décarbonisation et en comprenant comment mettre celle-ci en œuvre. Celles qui attendent jusqu'en 2050 s'exposent à des risques politiques, à des coûts et à des opportunités manquées.

Dans le cadre de notre nouveau rapport intitulé “Why wait to pursue net zero? Build a sustainable business model now”, nous avons interviewé Uday Senapati, directeur exécutif de la stratégie d'entreprise et de la gestion des produits chez Lotus. Il nous explique pourquoi les entreprises doivent créer des partenariats et des économies d'échelle si nous voulons atteindre plus rapidement les ambitions mondiales de neutralité carbone.

Que pensez-vous de la façon dont les entreprises s'attaquent au changement climatique ?

Si vous croyez au changement climatique, vous vous rendez compte que nous avons tous une part de responsabilité pour accélérer les choses et inverser l’évolution de ce phénomène. Nous n'y arriverons peut-être pas tout de suite, mais si nous faisons de notre mieux, et même si nous y sommes à 80 % dans une décennie, c'est mieux que d'attendre 2050.

Lorsque je vois les objectifs de certaines entreprises, je constate qu'ils sont à très long terme et je pense qu'ils peuvent très facilement être avancés – surtout si elles concluent de bons partenariats. Faisons donc ce que nous pouvons au cours de cette décennie.

Et Lotus ? À quoi ressemble votre route vers la neutralité carbone ?

La première étape pour nous a été de conclure un partenariat avec des personnes qui comprenaient ce à quoi pouvait ressembler une ambition de neutralité carbone, comment planifier pour y parvenir et comment le faire de manière rentable. Nous avons trouvé tout cela dans le partenariat avec Centrica. L'entreprise est elle-même en route vers la neutralité carbone et a très bien décrit son propre plan. Elle est donc très bien placée pour nous aider à y parvenir plus rapidement.

La deuxième étape consiste à déterminer à quoi ressembleraient nos ambitions en matière de neutralité carbone. Les entreprises du secteur automobile s'efforcent de le faire dans le cadre d'un plan à long terme, mais nous voulions y parvenir beaucoup plus rapidement. Nous travaillons actuellement sur les détails de ce que sera ce parcours vers la neutralité carbone. Nous allons ensuite élaborer un plan très détaillé pour nos activités en amont et en aval : conception de l'approvisionnement, chaîne d'approvisionnement, logistique, fabrication, empreinte industrielle, produits et clients.

La troisième étape consiste à établir cette feuille de route et à annoncer potentiellement nos ambitions de neutralité carbone cette année. L'événement COP26 de cette année met particulièrement l'accent sur les entreprises du Royaume-Uni, comme la nôtre, et leur volonté de soutenir ce parcours.

La dernière étape consistera à atteindre nos objectifs en travaillant ensemble. Tout le monde doit commencer à réaliser que nous ne pouvons pas tout faire par nous-mêmes : seuls quelques grands acteurs pourraient en être capables. La meilleure chose à faire est donc de créer des partenariats et de s'entraider pour y parvenir. Tel sera l'esprit de l'avenir. Lorsque l’on travaille avec d'autres, les choses vont plus vite, car quand plusieurs personnes s'associent, cela génère des économies d'échelle et la technologie devient plus rentable. À mon avis, les avantages sont doubles : vous pouvez atteindre la neutralité carbone plus rapidement, et cela peut vous coûter moins cher. Mais nous devons encore investir énormément dans notre organisation pour y parvenir.  

Espérez-vous obtenir un retour sur cet investissement (ROI) ?

Tous les investissements n'auront pas un retour, mais cela dépend de la façon dont vous définissez le retour sur investissement dans ce contexte. Nous croyons fermement qu'il y aura un retour sur investissement intangible pour chaque centime investi dans les étapes vers la neutralité carbone. Il y aura des changements législatifs qui pourraient ajouter des coûts et il y aura des avantages économiques liés à l'augmentation et à l'amélioration de votre clientèle si vous atteignez les objectifs de développement durable. Le retour sur investissement tangible est également important, mais il est plus difficile de déterminer les éléments intangibles.

Pour certains de ces parcours, il faut faire preuve d'un peu de foi – plutôt que de faire tous les calculs nécessaires. Notre actionnaire majoritaire, Geely, a l'ambition de devenir l'une des entreprises les plus avancées sur le plan technologique et a recommandé à toutes les marques qui font partie de Geely de travailler dans ce sens.

Nous sommes donc sur la voie de la croissance, en investissant dans nos installations, notre chaîne d'approvisionnement et nos produits. Nous considérons les objectifs de développement durable comme faisant partie de l'investissement dès aujourd’hui, car il sera beaucoup plus difficile de le faire plus tard. Une meilleure façon de calculer le retour sur investissement est de se demander : quelles opportunités allez-vous perdre si vous n'agissez pas maintenant ?

Pour en savoir plus sur la manière dont les dirigeants d'entreprises durables concilient les exigences de la planète et du profit, téléchargez notre nouveau rapport : Why wait to pursue net zero? Build a sustainable business model now